Joe la bricole

Depuis que j’ai mis l’édition un peu de côté, j’essaie de développer une autre activité, pas franchement plus rémunératrice mais pour laquelle je maîtrise beaucoup plus d’étapes dans la chaîne de production : la création et vente de T-shirts imprimés à la main, (et autres objets qui ne sauraient tarder à arriver sur le marché). C’est dans la fabrique Octoplazm que ça se passe !

Ma première tentative de vente sur la fête de la musique de Barsac a été un échec total. Il faut dire que ma présentation laissait clairement à désirer (et que le public n’était peut être pas là pour acheter non plus…, mais ça, je ne peux pas le changer). Pour la prochaine, je me suis dit qu’il fallait mettre le paquet. J’avais besoin d’un stand visuellement plutôt sympa, qui soit facile à monter et démonter toute seule et surtout, qui rentre dans ma petite clio. Du sur mesure qui ne coûte pas un bras. Je crois bien que le bricolage me manquait 😉

J’ai dessiné des plans, construit une maquette à échelle 1/100eme. Ça avait l’air de tenir la route, et la gravité.

J’ai migré chez mes parents le temps de la construction (sur nos 5 m² de balcon ça me semblait compliqué). J’ai réquisitionné les copines et les parents des copines pour trouver des palettes. Beaucoup de palettes. Trop de palettes.

Qu’il a fallu démonter, déclouter, mesurer puis découper.

S’en sont suivies de longues heures de ponçage. C’est probablement l’étape la plus longue. L’avantage d’être chez mes parents, en plus de bénéficier des outils et du jardin, c’est que j’ai un daddy, daddy coooool qui sort tôt du boulot pour m’aider à poncer.

La suite, c’est un peu comme un meuble Ikea. Reste plus qu’à monter. A la différence que les plans étaient peut être un peu moins chiadés que les notices du suédois…

Il m’est donc arrivée de démonter, re-mesurer, re-couper, re-monter. Ou recouper sans démonter, aussi, mais les résultats sont moins garantis.

Il m’est arrivé d’en vouloir à Newton et sa pomme. Le chat aussi.

Une petite modification (merci maman) a suffit à ce que la gravité ne fasse plus ch***.

Et voilà, Mesdames et Messieurs, sous vos yeux ébahis, le résultat ! Vous pouvez passer les mains dessus, dessous, pas de trucages, pas de fil de nylon, ça tient, youhou !

J’ai eu l’occasion de l’inaugurer à La Réole, dans le village créateur du festival Simone pète les watts. Il a résisté à la tempête, à la bière et au rosé. Super ambiance, quelques ventes et déjà quelques idées pour améliorer cette version 1.0.

Si la conception et les plans vous intéressent, je vous invite à consulter le step by step que j’ai rédigé dans un article tout exprès. Et si vous vous lancez dans la réalisation de ce stand d’expo, envoyez moi des photos ou laissez un lien en commentaire pour qu’on puisse voir vos versions !

Et si on se remettait en selle ?

(english below)

Amis auteurs, illustrateurs, professionnels ou amateurs, c’est la rentrée, et si ça vous dit, je vous propose de prendre un nouvel élan pour repartir dos au vent jusqu’à la fin de l’année.

J’ai le plaisir d’accueillir ici une nouvelle Foire aux Tandems. L’occasion de ressortir les projets orphelins des tiroirs et de trouver de nouveaux copains de bouts de route.

Je vous rappelle vite fait le concept :
Ouvert à tout le monde sans exception (du plus débutant au plus confirmé, professionnels, amateurs ou passionnés !) Vous m’envoyez une image (maxi 1000*1000px) ou un bout de texte (une dizaine de ligne max) avant le 24 septembre, à contact[at]elice-illustration.com, et je mets tous ça en ligne le lendemain.
Pensez à joindre aussi des coordonnées pour que l’intéressé puisse vous contacter, ainsi qu’une adresse de blog, site pour montrer plus de votre travail si vous le souhaitez. Vous pouvez ajouter un petit commentaire ou une explication à votre image/texte.

Le 25 si tout se passe bien, vous pourrez venir ici faire votre cueillette, ou juste pour le plaisir de vos mirettes.

En espérant de belles collab’, et qui sait, peut être des vraies rencontres à Montreuil ?

à vous de jouer !


What is La foire aux Tandems ? (Tandem Fair ?)

The Tandem Fair is a way for illustrators and authors to meet around new projects, and hopefully start new collaborations. Everybody that’s interested can participate, you don’t have to be a professional.

It’s also an opportunity to recycle old pictures, old texts, old projects that are sleeping somewhere in some hidden folders.

So here is the thing : illustrators send me a picture (1000px*1000px max), authors send me an extract of a texte or an idea of a story (10 lines max), before the 24th of september at this adress : contact[at]elice-illustration.com. If you want, you can add descriptions or what you have in mind. Give me an adress to be contacted, and if you have, a website or a blog where people can see more of your work.

On the 25th I will do a post here on my blog with everything I’ve received.  So you’ll come back here, hang around and be amazed by all the beautiful things you’ll see, and hopefully find a new friend to work with ! 😉

Have fun !

Malaz

Dans les environs d’Annecy, le parc de la maison de Malaz accueille un festival pluridisciplinaire (théâtre, danse, musique), éclectique et convivial. La compagnie Demain dès l’Aube m’a confié le soin de réaliser l’univers graphique, l’affiche et autres supports de comm’ de cette première édition : 4 jours de partage artistique et culturel qui commencent demain.

L’affiche :

Une bannière pour le site web, à retrouver sur festivaldemalaz.net

Demandez l’programme !

Vous pouvez même feuilleter la plaquette en ligne en cliquant ici !

Et puis des badges :

C’est dommage que j’habite si loin. Si vous êtes dans le coin, je vous invite à découvrir ce petit festival qui s’annonce très chouette, dans un cadre franchement privilégié !

En prévision de l’été

Les copains se marient !

Commande spéciale « clin d’oeil à Ratatouille » pour le menu.

Les faire-parts ont été imprimés sur du beau papier bien épais, les couleurs sont fidèles à mon écran (pas forcément sur les photos que j’ai prises en revanche, qui sortent un peu plus bleu), le résultat est très sympa !

Cap Tribulation

Encore un prétexte pour prolonger le voyage.

J’ai ressorti nos photos et je me aidée de croquis que j’avais faits sur ces plages du Queensland, au nord-est de l’Australie, pour retrouver l’ambiance du sable chaud et l’odeur des noix de coco.

C’était dans la région de Cap Tribulation, au coeur d’un luxuriant parc national : la forêt de Daintree. On partait alors sur les traces du Casoar…

Souvenirs de route

Back on the road ! On m’a commandé une aquarelle d’un paysage ou d’un souvenir de mon voyage en Australie.

centre_rouge_katatjutaC’est un bon prétexte pour replonger dans les photos et revivre un bout d’aventure. La terre est rouge et les couleurs sont chaudes, bien qu’on soit en plein hiver et qu’on se gèle la nuit !

En fond, les Kata-Tjuta s’érigent en 38 monolithes au milieu de la pleine, captant la lumière du soleil couchant. Comme Uluru, ce sont des lieux sacrés pour les peuples aborigènes, et très caractéristiques de cette région centrale de l’Australie.

Sur ZoomTheGlob (notre blog de voyage), je raconte notre rencontre avec Uluru et les Kata-Tjuta.

Simplement 2017

Brillantes, affutées, elles me faisaient de l’oeil depuis tout à l’heure, là, posée sur mon bureau. C’est mon cadeau de Noël. J’ai pas encore eu le temps de les étrenner. Il est tard, je suis claquée. Allez, juste un peu pour tester. Je dois bien pouvoir trouver une chute de lino quelque part dans un tiroir…

2017

Ça s’enfonce comme dans du beurre.

Le cri du lino me chatouille les oreilles. C’est le kiffe. Addictif. Presque jouissif.

Ça glisse tout seul. La gouge décide. on verra où ça nous mène. Il est tard, je suis trop claquée pour réfléchir.

J’avais pas d’idée pour vous souhaiter une bonne année. J’ai trouvé !

Il est 2h du mat’ mais rien à faire. Un peu d’encre sur le rouleau. Ma bonne année est un essai !

Qu’elle soit pleine de surprises, de découvertes, de petits kiffes du quotidien, comme ça, juste pour rien.

On sort l’argenterie ?

table

Après le retour de voyage, j’ai ressorti les gouges et les plaques de lino.

jabiru

J’avais en tête ces drôles de bêtes que l’on a pu découvrir au long de notre périple australien. Comme le Jabiru, ce drôle d’oiseau qui vole les pattes écartées et que l’on aperçoit au bord des rivières et des billabongs dans la région de Darwin.

print_test1

Une fois les plaques gravées, je fais des tests d’impressions, d’abord sur du papier.

print_test2C’est pour réaliser une série de serviettes de table. J’ai trouvé du beau tissu, du lin naturel et du coton vert pomme. Je me suis appliquée à faire les ourlets (loooongue journée de couture).

print_ben

Pour faire l’impression sur le tissu, j’ai embauché des bras musclés. Non parce que sans presse, c’est physique ! On ne se rend pas compte, comme ça, mais en vrai, on a transpiré !

print

Reste à placer la frise sur les côtés. J’ai gravé un motif qui rappelle un élément du visuel pour chaque plaque.

print_frise

Ensuite, il faut attendre que ça sèche. Mais en ce moment, à Bordeaux, c’est la mousson… alors il a fallu plus de deux semaines.

sechage

Mais le résultat est plutôt cool !

ornitho

jabiru

En vrai, l’impression est assez inégale. C’est plus ou moins foncé, c’est plus ou moins centré, c’est artisanal ! Je préfère le rendu sur le lin, la trame du tissu accroche mieux l’encre. Mais le côté coloré du coton donne un peu de peps aussi.

La série est composée de 6 visuels : un kangourou, un koala, un jabiru, un ornithorynque, un casoar et un wombat. J’ai un set complet en lin plus 2 serviettes, et deux sets en coton vert. Elles seront bientôt en vente. Il faut que je les repasse et que je prenne de belles photos.

table1Mais d’abord… à taaaaaable !

Jolie Bordeaux

Ce week end, c’était la 4ème rencontre nationale Urban Sketchers France. Pas d’excuse de louper l’évènement, ça se passait à Bordeaux. C’est un mouvement de croqueurs de rues qui organise de temps en temps des rassemblements pour faire du dessin une activité un peu plus sociale. En gros. Mais c’est mieux dit par ici : Urban sketcher, qui sommes-nous ?

usk_bx1

C’était une belle occasion de ressortir les crayons et les carnets (qui sont restés relativement bien rangés dans les tiroirs depuis mon retour en France). Une belle occasion aussi de prendre l’air (plutôt frais le samedi) et de retrouver notre jolie ville.

usk_bx4

C’était bien cool de revoir les copains, de dessiner ensemble, de faire de belles rencontres, de trouver des conseils aussi, d’intriguer les passants qui se demandaient quelle était cette nouvelle espèce qui envahissait les trottoirs et les places.

Parce qu’on était nombreux, et assez repérable avec nos carnets à dessin ! Au moins 200 (d’après les organisateurs. La police ne s’est pas prononcée à ce sujet), venus de toute la France !

usk_bx2

Le dimanche on a remis ça. On en a fait des kilomètres à pieds ! Même que le soleil nous a accompagné.

usk_bx3

usk_bx8

Ca m’a même donné envie de recommencer les croquis du jour, que j’avais lâchement abandonné avant de partir de l’autre côté du globe.

Merci à Julie, Christine, Cédric et tous les autres gentils organisateurs qui ont permis à ce  week-end d’être si beau !