En route !

Il y a presque 5 mois nous rendions notre appart de Gradignan. Il y a un peu plus de 3 mois nous atterrissions à l’autre bout du monde. Il y a presque deux mois nous entamions une nouvelle année. Il y a un peu plus de trois semaines nous emménagions.

Voici notre nouvelle maison !

1_1Elle est très jaune, elle a 4 roues (mais pas motrices), elle sent bon le vernis chaud, la sueur et l’huile de coude. Un intérieur sur mesure pour nos prochains mois sur les routes australiennes.

1_3

Flash back sur cette aventure :

Après avoir épluché les petites annonces sur gumtree (« le bon coin » d’ici), nous avons dégoté ce super bolide, couleur banane, odeur tropique (comprenez sueur… mais c’est moins poétique). Un bon coup de carsher à l’intérieur, un peu de savon sur les sièges, et en avant la bricole.

1_2A ce moment là, nous commencions tout juste un nouveau help eXchange. Alors que nous pensions avoir placé la barre très haut en commençant chez Jenni et David, nous nous retrouvons sur les collines de Dunsbrough, une nouvelle fois au milieu du bush. Une nouvelle fois dans une maison sublime (avec un petit cottage privé rien que pour nous). Une nouvelle fois accueillis par des gens formidables. Si les premiers kangourous que l’on a vus en Australie étaient morts sur la route puis cuisinés dans nos assiettes, on s’est bien rattrapé chez Graham et Shirley : nous étions littéralement au milieu des kangourous !

1_4

Nos journées commençaient vers 7h, avec 2 ou 3 heures de travail le matin : couper du bois, ramasser les feuilles, nettoyer les allées dans le jardin, nettoyer les toiles d’araignées (en Australie, il y a beaucoup d’araignées, et donc forcément, beaucoup de toiles. Les Daddy long-legs sont celles que l’on trouve souvent dans les maisons, elles sont particulièrement productives en matière de toile…). La pause thé de 10h annonçait la fin du travail, ce qui nous laissait ensuite un bon morceau de journée pour explorer les environs, et construire notre nouvelle maison…

1_5

Il faut se rendre à l’évidence, on connaît mieux le garage de Graham que la plage de Dunsborough… On y a passé du temps à scier, à mesurer, à percer, à clouer, à visser, à découper, à coller, à poncer… A vouloir tout faire pile poil pour gagner le max de place et à souvent faire tellement pile poil que plus rien ne rentrait.

1_7

Alors on en a passé du temps à limer, à remesurer, à repercer, à déclouer, à dévisser, à recouper, à recoller, à réparer… (tout ça sous le regard amusé des kangourous).

1_6

On en a fait des aller-retours entre la ville la plus proche (ou la moins loin) pour acheter du bois, des charnières, des vis, des clous, de la colle, du silicone, des équerres… puis encore du bois puis des charnières puis des vis puis…

1_10

On en a passé du temps à suer, à pester, à s’émerveiller, à s’engueuler un peu quand même parce que cette pu**** de vis elle sort pas droit, parce que t’as fait tomber la glissière dans la terre et que j’ai coupé toutes les planches du mauvais côté, parce que la bouteille de gaz elle rentre pas à l’emplacement prévu et qu’il fait trop chaud dans ce pays. Et puis on en a passé du temps à s’encourager, à se remotiver, à se féliciter et à danser sous la pluie quand tout était presque fini.

danse

Et puis Albert a eu besoin d’un coup de main dans la maison qu’il construit. C’est un ami de Graham et Shirley. Quelques jours de travail rémunéré, on n’a pas dit non. On a pris nos clics et nos clacs en cours de finition, on a tout bourré dans le van avec les sacs qu’on n’a même pas pris la peine de boucler, et on est parti dans ce joyeux bordel direction Walpole.

1_23

Interlude peinture, passage des sous-couches blanches sur les murs et les plafonds de 4mètres de haut. Nos premières nuits dans le van en vrac, la terre noire qui s’infiltre partout, la douche froide et les repas au réchaud. Albert est parti en fermant la maison, on pouvait rester camper sur son terrain, il nous a laissé l’eau courante à l’extérieur. On a continué à bricoler notre aménagement. Le chantier du terrain ajouté au chantier de notre van, ce n’était pas très joli à voir…

1_9

1_13

Ce qui ne nous a pas empêché de nous lancer dans la grande cuisine ! (petite dédic’ à Sylvain avec cette recette de batbout… mais je crois que la levure de boulanger déshydratée est morte… elle n’a pas du supporter les 50°C de chaleur ambiante)

1_14

Les kangourous nous manquaient, les outils aussi (on peut faire une bonne promo pour Leatherman, mais on a atteint les limites)… ce qui nous a décidé à retourner quelques jours chez Graham et Shirley. Retour au confort et à la petite routine de Yungarra Drive, aux soirées bien arrosées et aux longues discussions passionnées !

1_11

Ces quelques jours sont vite devenus une semaine, mais ça nous a permis de terminer, voir même de peaufiner. (Comme ce n’est jamais réellement fini, on a trouvé le moyen de construire encore un nouveau meuble, au Leatherman, dans un camping plus tard… mais c’est une autre histoire!)

1_12

Aujourd’hui on peut enfin vous le présenter ! C’est un van Kia Pregio de 2004, 145 000 km au compteur quand on l’a acheté, jaune, et maintenant tout équipé :

– un clic-clac trouvé d’occaz’ sur gumtree, avec un set complet de draps, couette et taies d’oreillers données par la maman de Robin, et deux gros oreillers de Shirley

1_15

– Notre évier en cul-de-poule et son bras de douche en guise de robinet, 5$ dans un « salvage » (un hangar qui vend des matériaux de construction d’occasion, en gros). Un système de pompe installée par Ben pour avoir l’eau courante, s’il vous plaît.

1_22

– vaisselle, couverts, bassine, assiettes, bols, mugs, torchons, poelles et casseroles, une bonne partie gentiment donnée par Shirley et Graham, et l’autre récoltée au gré des « second hand shop ». Recyclage de notre boîte de Ferrero Rocher de Noël en boîte à couvert. Et la petite touche distinguée : nos serviettes de tables made by Jenni (impressions de linogravure sur lin)

1_21

– Nos rideaux dans des chutes de tissus données par la maman de Robin (suivi d’une joyeuse séance de couture avec Jenni et Robin)

1_16

– Deux douches solaires, un store roulant qui se fixe sur le côté du van, des jerricanes, généreusement donnés par Charles le-grey-nomad ami de Nazih-le-libanais-qui-nous-a-vendu-le-van.

1_17

– Des meubles sur mesure : une cuisine coulissante à l’arrière, un coffre à côté du canap’ et une armoire pour nos fringues et la bouffe. (le lit surélevé pour le passage de roue permet de stocker aussi un bon paquet d’affaires…)

1_24

1_20

Le tout complété par quelques achats (un petit frigo 12V, une table et des chaises et quelques bricoles pour installer l’électricité avec une seconde batterie, de quoi recharger l’ordi portable et regarder quelques séries le soir au chaud sous la couette…)

1_18

et ça vous donne un palace 5 étoiles, avec vue sur l’océan… Ou bien sur le bush… ou sur une falaise, un lac, une rivière, une montagne, un kangourou c’que vous voulez !

1_19

A nous la liberté !

Australe mise à jour

Et voilà que le temps s’est à nouveau échappé !

Je me rattrape en vous faisant une mise au point en images.

Une semaine à Rockingham, chez Rob et Sarah. Une très belle rencontre (nous espérons les revoir plus tard dans notre périple. Ils déménagent pour le nord dans quelques mois). Et nous n’oublierons pas Cloony le chien, Algernon l’Axolotl et Chee la rate.Algernon

Une virée sur Penguin Island : sanctuaire de pingouins pygmées. Elle abrite la plus grande colonie d’Australie Occidentale… mais ces petites bêtes sont timides et l’accès à l’île est assez réglementé (pas d’accès en hiver (donc là c’est l’été pour nous, si vous suivez), et juste quelques navettes dans la journée). On a vu beaucoup d’oiseaux, des dauphins, mais pas un seul pingouin !

dauphins

Rock1

Alice_dessine

Rock2

pinguinIsland

Le festival de la bière de Fremantle, Sylvain en toge universitaire pour la remise de son diplôme (et la « haute recommandation » du jury), il a la classe, le bro.

Fremantle_BeerFest1 Fremantle_BeerFest2 SlivToge

Une crêpe party pour dire byebye à Rob et Sarah. On refait les sacs vers un nouveau lit dans une nouvelle maison… North Perth, Charles Street et une auberge un peu espagnole, pour 3 jours seulement.

train kookaburra hyde_park ibis

Un barbecue dans Hyde Park avant de quitter la civilisation et Jenni vient nous chercher et pour nous ramener avec elle, dans la petite vallée de Fergusson. A 30 min de Bunburry.

Nos premiers pas dans le bush australien, l’accueil plus que chaleureux de Jenni, David et de toute la communauté qui vit ici. Un gâteau d’anniversaire expérimental, du vin rouge, du vin blanc, des bières et des petits plats succulents.

C’est notre première fois en Helpexchange : nous travaillons quelques heures par jour en échange du gîte (confort 5 étoiles) et du couvert (digne d’un grand resto). Jardinage, carsher, désherbage, nettoyage des vitres et diverses tâches du genre.

chezJenni3 chezJenni2 ben_bosse jardin_jenni

Mais le vrai gros luxe, c’est l’atelier. Jenni est une artiste, et la maison est construite autour d’un énooorme studio pour bosser (et d’une galerie d’exposition)… pour mon plus grand bonheur !

studio_jenni atelier chezJenni1

Ca fait plus d’une semaine qu’on est ici. Il faudra que je vous parle des mille oiseaux du jardin, du chant des kookaburra et de celui des kangourous, du parc National de Wellington, de Gnomes Ville (si vous avez perdu des nains de jardin, ils sont probablement au beau milieu du bush australien), des barbecues, des sorties voiles sur Bunburry, des mouches et des bull ants…

Avec Ben, on essaie de mettre en place rapidement un blog pour vous raconter tout ça, un blog tout fait exprès pour cette belle aventure qui commence.

gnomesville gnomville sophie

De l’autre bout du monde

Le temps passe vite, et me voilà en Australie.

Après 12h d’avion jusqu’à Ho-Chi-Minh, 2h d’escale, 2h d’avion jusqu’à Singapour, 30h d’escale et 42 chocs thermiques (entre la température extérieure de 35degrés avec 99% d’humidité dans l’air et la climatisation à fond les ballons des intérieurs…), 6h d’avion jusqu’à Perth… et 20 minutes devant la porte close de l’auberge de jeunesse (réservée la veille depuis le wifi hasardeux de l’hôtel miteux à Singapour), une sonnette qui ne fonctionne pas et un numéro de téléphone incomplet, l’aventure (et le jet lag) commence.

Mon bureau temporaire de la semaine ressemble à ça :

bureau1Quand il fait trop chaud, la peinture sèche instantanément et ça devient impossible de travailler. Deux options, soit on part faire un balade en attendant que ça se rafraichisse (mais attention, le soleil ici ne plaisante pas !), soit je bosse à l’intérieur… et c’est un peu moins exotique… 🙂

J’avais un peu abandonné les croquis du jour (vous vous en êtes aperçu). Les (très/trop brefs) préparatifs du voyage combinés à la tonne de boulot ont un peu pris le dessus. Je cours après le temps (mais pas après l’avion, c’est le principal), le timing n’a pas été étudié au mieux je dois dire. J’ai plusieurs contrats à terminer avant de pouvoir me perdre dans le bush et chasser le kangourou au boomerang (sans me le prendre dans le genou). (le boomerang, pas le kangourou… c’était ici, si vous aviez suivi…)

J’ai quand même eu le temps de dégainer le carnet, et je prendrai le temps pour croquer l’Australie. Avec Ben, on va faire un blog exprès pour partager mes croquis et ses photos.

Voici une petite mise en bush.

carnet1

photo_australie3

carnet2

photo_australie2

carnet3

photo_australie4

carnet4

carnet5

Et une spéciale dédicace à Marie Clem et à Justine 😉

photo_australie1

Mise en apétit avant le grand départ

Annelise a un certain don pour vous nous faire voyager. En ce moment, je me trouve presque au milieu du Pacifique… Et c’est très bon !

wip_blog

Finalement, j’ai décidé de me lancer en couleur direct pour cet album. Pas parce que je pars dans moins d’un mois et que du coup je vais y passer mes 23 prochaines nuits blanches pour réussir à terminer avant le grand départ… non non (même si je ne vais pas y réchapper)… mais parce que j’avais envie d’un rendu un peu plus sensible, un peu plus chaleureux, moins froid, moins lisse que le numérique, pour essayer de m’approcher au mieux de l’ambiance de là-bas.

C’est assez frustrant, de travailler sur un sujet que l’on ne connait pas, sur une culture bien éloignée de la notre, sur une île fort lointaine sans y avoir jamais mis les pieds. Mais grâce à Annelise et Christian, j’ai droit à des montagnes de documentations, livres, photos et mails ultra-détaillés… Et ça, y est, j’ai l’impression d’y être !

Même que parfois, pour faire une pause, je sors en bikini dans le jardin, une couronne de fleur sur la tête pour me protéger du soleil, mais la température extérieure me rappelle instantanément que mon enveloppe corporelle se situe à N 44°54’33.567 » O 0°43’28.984 ».

Erf… patience, dans quelques semaines je regretterais peut être le froid ! 😉

Oups… en vrai, j’étais pas loin !

Heureusement que je poste des trucs par là-bas pour alimenter un peu ce blog… parce que c’est pas par ici qu’on pourrait croire que je bosse !

Mais en vrai, j’ai du travail (beaucoup trop) et même que j’avance… (pas assez).

Il s’agit d’un site internet. Le portail jeunesse d’une médiathèque. Je ne peux pas vous en montrer trop, mais voici des morceaux de l’image d’accueil. Il y aura même des petites animations au survol.

blog1

blog2

blog3Je travaille actuellement sur la bannière et le menu principal. Et puis après il y aura des pages intermédiaires, des boutons, des icônes, un pied de page, de l’organisation de contenu…

Et même une petite mascotte et son poto le robot !

rough_mascotte_blog

Bref, ça prend beaucoup de temps, mais j’espère que ce sera beau à la fin. Et un jour, vous pourrez voir tout ça 🙂

Et puis très bientôt, je commence des illustrations à boucler pour fin octobre avant mon départ en Australie mais ça faut pas trop le dire parce que les gens après vont croire que je suis à la bourre, pour un super livre avec une auteure géniale qui m’envoie plein de mails avec des jolis trucs dedans !

 

un été coloré

Voilà, depuis un petit moment déjà, je fais des colorisations.

Charles Masson est scénariste dessinateur. J’avais déjà travaillé avec lui en mettant les couleurs sur ses dessin pour la bédé des aventures de Lilou, tome 2, le Tigre d’Angkor.

Ce coup-ci, ce n’est pas un projet d’édition, c’est une bédé commandée par un laboratoire pour sensibiliser et accompagner l’entourage (les enfants en l’occurrence), de patients atteints de cancer de la gorge. Comme ça, ça sonne pas très glamour, c’est sûr. Mais Charles a traité le sujet avec finesse et un certain humour dû à la naïveté du petit personnage principal. Et puis, c’est pas une plaquette pédagogique avec des planches anatomiques et tout le bazar hein… c’est vraiment une histoire. Ça s’appelle Pépé Georges a un cancer de la gorge, et ça commence comme ça :

colo1PepBlog

Après, quand j’ai tapé « tuyau cou cancer de la gorge » dans Google pour voir à quoi ça ressemblait en vrai et de quelle couleur c’était, là pour le coup c’était PAS GLAMOUR DU TOUT et carrément dégueu ! Je me suis dit que la prochaine fois, je demanderai directement à Charles avant de passer par Google…

Et voilà quelques petits bouts du début.

colo2_blog

colo4_blogcolo3_blog

Un nouveau livre et du sable chaud

Il y a des auteurs qui vous font voyager (suivez mon regard ——-> Annelise Heurtier)

Et il y a des destinations qui font rêver…

test_hinatea_blog

Il y a quelques temps, j’avais fait cette illustration comme essai sur un texte d’Annelise : une histoire sensible et poétique sur le Ori Tahiti (la danse tahitienne)… texte retenu par un éditeur (tahitien bien sûr !!)

Les choses ont mis un peu de temps à se lancer, mais ça y est, je peux enfin vous montrer cet essai et vous annoncer officiellement que j’illustrerai donc ce texte.

Et je peux surtout vous dire que j’en suis ra-vie !