Archives du mot-clé oignon

Recette d’automne

L’automne est là, le froid et les courges aussi. Pour changer un peu, je vous propose un instant cuisine sur le blog. Une de mes soupes orange préférée 😉

Ingrédients :
– 100 g de lentilles corail
– 500 g de courge butturnut (ça marche aussi avec du potimarron)
– 1 gros oignon
– sel, poivre, épices : curry, cumin, paprika (ou 1 bouillon cube)
– 500 ml d’eau

Eplucher et enlever les graines de la courge butternut. La découper en gros cubes. Couper l’oignon.

Dans une casserole, faire revenir les morceaux d’oignon dans un peu d’huile avec les épices jusqu’à ce qu’ils ramollissent. Ajouter les cubes de courge et faire revenir quelques minutes. Ajouter les lentilles rincées, et l’eau. Faire cuire jusqu’à ce que la courge soit tendre. Mixer.

Sinon à la cocotte minute c’est encore plus rapide. Je fais aussi revenir l’oignon et la courge avant d’ajouter l’eau et les lentilles, je ferme, et je compte 20 min à partir du moment où ça chuchote. Et hop, un coup de mixeur !

Si vous avez des recettes de soupes d’automne en échange, je suis preneuse 😉

Bon appétit !

Jolies couleurs

Je vous avais raconté ma récente découverte d’une bien chouette association, ici à Castanet-Tolosan : Couleurs en herbe, qui anime des ateliers et des sorties autour des plantes locales et de leurs usages, et notamment de la teinture végétale.

On avait vu la vie en bleu pendant une belle journée consacrée au pastel (que vous pouvez retrouver en image dans cet article)

Le problème avec ce genre de découverte, c’est que quand tu commences à mettre le doigt dedans, t’as vite envie de creuser plus loin, d’y laisser un bras et de t’y perdre tout entier. Un peu comme la gravure, ça peut très rapidement devenir un gouffre sans fond qui t’appelle et s’ouvre en te dévoilant ses possibilités infinies. « Vieeens voir par ici…« , dirait ce gouffre « …découvrir les mille surprises que je te réserve. » en pensant sadiquement « Niark niark, tu n’en sortiras jamais…« .

Bref, du coup, forcément, j’ai replongé, et la tête la première.

L’autre jour donc, Couleurs en herbe organisait une initiation à la teinture végétale sur coton. On y a percé les secrets de la gaude, de l’artichaut, de l’oignon et de la garance.

Contrairement à l’indigo qui se fixe naturellement sur la fibre textile, il faut, pour ces plantes là, préparer le tissu en amont. C’est cette étape du mordançage qui permettra ensuite de fixer le colorant sur le coton.

Après, ça se joue entre petit chimiste et soupe à la sorcière. On pèse, on touille, on laisse macérer, on fait infuser…

… on goûte pour ajuster l’assaisonnement. Quand c’est cuit, on retire du feu.

On peut nuancer les couleurs en trempant le tissu, après coup, dans un bain de sulfate de cuivre ou de sulfate de fer, selon l’effet voulu.

Le jaune de la gaude tire légèrement sur le vert anis, celui de l’artichaut devient carrément kaki. C’est instantané, ça fait son petit effet !

Avec un beau nuancier comme ça, on est paré pour le printemps !