Archives mensuelles : juin 2014

Les gâtoiseaux

Mardi dernier, je suis allée décrocher mes toiles et mes tee-shirts des murs de l’Oiseau Cabosse. A l’occasion de cet exposition, en m’inspirant du nom du lieu (et des idées gourmandes de ma copine Justine) j’avais peint une série de petites toiles (que je n’avais pas eu le temps de photographier avant aujourd’hui).

coucookie

cheescakatoes

colibrioche1

macaronmoine

mirondelles

colibrioche3

colibrioche2

Toutes ces petites toiles (avec d’autres animaux carrés) seront vite rajoutées dans la partie boutique de mon site internet. Enfin… tout dépend du webmestre 😀

n°2

C’est la séance de modèle vivant d’hier qui va me servir de croquis du jour. Des formes, des courbes, de la matière… et ça, c’est vraiment super à dessiner !

croquis_du_jour2-1 croquis_du_jour2-2 croquis_du_jour2-3 croquis_du_jour2-4 croquis_du_jour2-6 croquis_du_jour2-5

Au passage, merci à Paulette pour l’organisation de ces séances bien chouettes !

n°1

Pour le premier, je me suis posée, j’ai pris mon temps. Le temps d’une infusion.

croquis_du_jour1

Pour la couleur, j’ai utilisé un échantillon d’aquarelle que j’ai eu lors de ma dernière visite aux géants des beaux arts. C’est des gouttes d’aquarelle liquide sur un (beau) papier… (ils ont l’air d’avoir de la thune chez Daniel Smith pour se permettre ce genre d’opération marketing !) Je ne connaissais pas l’aquarelle en tube, mais visiblement elle s’utilise de la même manière puisque là sur l’échantillon, les nuances étaient sèches quand on me l’a filé.

Je ne sais pas si la différence vient du conditionnement, mais les pigments de cet échantillon ont l’air bien plus intense que mes godets d’aquarelle !

palette_aquarelleAh oui, et j’ai oublié de préciser : je posterai chaque jour le dessin de la veille (histoire de me laisser la possibilité de faire le-dit croquis juste avant de me coucher (si ma dure journée ne m’a pas permis de le faire avant) et de le scanner/prendre en photo/mettre en ligne le matin suivant)… mais bon, pour vous, ça change rien hein !

Du croquis, tu vas en bouffer !

Y a pas à dire : les chats, c’est vraiment plus indulgent.

Ça bouge plus (encore que…), mais ça râle beaucoup moins.

L’autre soir, j’ai essayé de dessiner mes parents. Croquer (dans autre chose que du chocolat), c’est ma nouvelle résolution : dessiner d’après observation, sortir mon carnet à chaque occasion. Produire, sans m’attendre à un résultat à la hauteur de ce que je ne sais pas faire, sans me décourager à chaque raté. Faire du croquis, du vrai, du faux, du gribouillé ou du épuré, du rapide ou du très lent, du pas fini ou du plus abouti, du au crayon ou au café, du sous la pluie ou dans mon lit… Tout, n’importe quoi, on s’en fout, faut juste que ça remplisse des pages et des pages.

croquis_juin2014_10

Alors oui, quand j’essaie de dessiner les gens, bien souvent ça ne leur ressemble pas, et au mieux, c’est eux en plus moche. (ou l’inverse, je ne sais pas…). Après, je culpabilise, je crois qu’ils vont croire que je trouve qu’ils sont moches… du coup, je n’ose pas dessiner les gens que je connais, ou ceux qui peuvent voir que je les dessine. A part mes parents. Là, c’est différent. Ce sera même triste le jour où je ne les raterai plus…il faut avouer que c’est quand même marrant.

Et voilà où ça nous mène : aujourd’hui, j’ouvre un blog dans mon blog. Le but ? Un croquis par jour. Mais pourquoi s’inflige-t-elle ça ?! Ça m’oblige non seulement à produire mais surtout à dédramatiser (non parce que je préfère vous prévenir : le rythme soutenu ne me permettra pas le luxe de faire une sélection des « moins pires »). Ici, vous verrez aussi comment je ne sais pas dessiner (c’est un peu mon coming out, en quelques sortes).

C’est ma thérapie. C’est pour me forcer à me dire que « t’façons, je m’en fous si c’est moche, ce qui me plaît c’est dessiner. ». Ici, je ne peux pas rater, parce que rater, ça fait partie de la processus. Alors voilà, ici, on va un peu se marrer.

chat

A demain !

 

Je craque, je croque et ça croustille !

Il y a quelques semaines, j’avais acheté des carnets. Des petits, et des un peu moins petits (presque moyens, pas trop grands, faut pas déconner quand même). D’abord, parce qu’un magasin de fourniture de beaux arts et loisirs créatifs du coin soldait tout son stock à -40% pour cause de liquidation proche (y’a pas que les artistes qui crèvent la dalle visiblement, y’a aussi les fournisseurs d’artistes), ensuite parce que j’avais décidé de me remettre sérieusement aux croquis. La base quoi… (enfin, normalement…)

Vendredi dernier, avoir passé un petit morceau d’après-midi dans l’atelier d’une chouette fille qui fait de chouettes trucs (illustrations/peintures/gravures/entre autres carnets de croquis et de vie bien chouettes aussi…), m’a motivé à m’y mettre vraiment. Genre là, tout de suite. C’était devenu urgent. La télépathie entre mes feutres, mes carnets et moi-même ayant atteint ses limites, il a fallu que je me munisse d’un stylo, avec ma main pour faire des traits sur le papier du carnet. Dingue ! (comme quoi, c’était pas si difficile…)

M’y remettre : c’était fait.

M’y tenir reste à faire.

Au moins presque tous les jours, pour commencer…

croquis_juin2014_01

croquis_juin2014_02

croquis_juin2014_03

croquis_juin2014_04

croquis_juin2014_05

croquis_juin2014_06

croquis_juin2014_07

un peu de vieux, mais pas que.

Ça fait longtemps que je n’ai rien partagé ici…

Pourtant, je bosse. Les projets, ce n’est pas ce qui manque. J’ai terminé en urgence une série de petites toiles pour l’exposition à l’Oiseau Cabosse (voir l’article juste avant), tellement dans l’urgence que je n’ai même pas de photo à vous montrer (je rectifierai le tir quand j’irai désinstaller l’expo, ou sinon vous pouvez aussi la voir sur place !)

J’ai développé un nouveau visuel de tee-shirt… il faut que fasse la gravure pour pouvoir l’imprimer sur les tee-shirts… suspeeeens !

Je commence la colorisation d’une nouvelle BD avec Charles Masson (une BD un peu particulière, je vous raconterai ça plus tard…)

Et, comme ça fait un peu trop de texte pour le blog d’une illustratrice, je ressorts un truc pas tout neuf, mais que vous n’avez pas encore vu :

carte fermée (4 volets 3 plis roulés)

carte complètement dépliée

C’est le rough d’une carte de voeux commandée par une agence de comm qui répondait à un appel d’offre du groupe Gascogne (qui fabrique et commercialise tout un tas de truc à partir d’exploitation de pins : bois, papiers, sac d’emballage, matériaux pour les intérieurs d’avions… la liste est gi-gan-tesque, c’est un gros groupe). Il devait y avoir du doré, du vernis sélectif, des trucs bien cool quoi. Finalement, Gascogne n’a pas retenu cette proposition, l’agence de comm a coulé, et j’ai pu m’assoir sur ma facture (puisque c’est un rough, certes, mais c’était pas gratos…théoriquement).